orange christmas fever 3

Campagne Orange conçue par Publicis Conseil

Dispositif TV, digital, affichage, presse

Première diffusion novembre 2017

 

À chaque Noël, Orange aime surprendre avec ses cadeaux connectés, et avec sa campagne publicitaire. Cette année, Orange lance sa Christmas Fever, avec une bande annonce façon long-métrage, qui réunit le Noël traditionnel en famille avec l’excitation que peut susciter le moment d’offrir les cadeaux. Après quelques préparatifs secrets surpris par ses enfants et révélés sur les réseaux sociaux, le père de famille de la saga, en Père Noël déchaîné va transformer la distribution de cadeaux en une merveilleuse fièvre de Noël dans un film réalisé par We Are From L.A. Un moment d’anthologie acrobatique et chorégraphique sur le titre de Queen « Don’t Stop Me Now » révélée en intégralité (2 min 10) ce samedi 18 novembre sur TF1 à 20 h 45.

Benjamin Sanial, bien connu pour sa plume experte, répond au nom de l’équipe créative à nos questions sur ce film spectacle qui porte la marque des WAFLA.

– Pourquoi le choix des WAFLA ? Qu’est ce qu’ils ont apporté au film , d’un point de vue créatif, mise en scène…? Est-ce que le titre de Queen était déjà décidé par la création ? 

Pourquoi les WAFLA ? Parce qu’on adore leur travail depuis longtemps, que les occasions de les approcher ne sont pas si fréquentes et qu’on s’est dit que ça tombait sous le sens de faire appel à eux. Ils ont fait des films pour les plus belles marques françaises, et puis leur habitude du clip allait bien avec l’idée qu’on se faisait du film. On ne voulait pas juste une comédie supplémentaire, on cherchait une façon d’aborder le projet autrement, un point de vue plus « groovy ». Et dès qu’on a lu leur note on a su que c’était le bon choix. Le titre de Queen vient des réalisateurs, dès qu’ils nous en ont parlé ça nous a paru comme une évidence

– Pourquoi un format long ? Est-ce que ce format (quoique loin des 24 heures de Happy) a joué sur le choix des réalisateurs ? 

Le format long, ce n’est pas juste pour nous faire plaisir. Depuis quelques années, il y a comme une évidence pour les grandes enseignes à faire un beau film de Noël qui raconte une vraie belle histoire. Un truc un peu anglo-saxon. Des marques comme Harvey Nichols, John Lewis rivalisent d’imagination chaque année.
On aimait bien l’idée nous aussi d’avoir notre beau film de Noël. Et Puis Orange a l’habitude de ça, ce n’est pas le premier film de Noël pour la marque, c’est un peu un rendez-vous attendu avec les gens. Donc le challenge devient de plus en plus gros à chaque fois. Comment faire un beau film et ne pas décevoir ? Mais on ne voulait pas faire long, juste pour faire long. L’objectif était de servir l’idée sans que le film paraisse long. Et je crois que ça marche plutôt bien.

– Quelles ont été les difficultés du tournage ? De la post prod? 

C’est surtout pour le comédien que le tournage a été difficile, parce que Cédric, notre père de famille depuis mars n’est pas un danseur professionnel. Et pourtant c’est lui qui réalise la plupart des pas de danse du film. A l’arrivée c’est ce qui donne aussi le charme au film, ce n’est pas parfait et c’est ce qui nous touche.
On ne voulait pas trop de trucages, parce que si on se dit que ce qu’il fait est impossible, ça retire de l’émotion à l’ensemble. Mais on voulait quand même du spectaculaire, d’où la présence d’un danseur cascadeur pour les 2 ou 3 scènes vraiment impressionnantes.

– Question rituelle : est-ce que le résultat est à la hauteur des espérances de tous ? 

On est hyper contents du résultat. Une chose est certaine c’est qu’il faut saluer la confiance de tout le monde autour de ce projet dès le départ, les commerciaux et le client. Parce que quand on présente un film en disant : c’est un père Noël qui danse, il y a quand même un gros risque pour qu’on nous réponde : Et sinon une autre piste ? C’est assez casse-gueule comme idée, même pour nous. C’était soit réussi, soit une honte internationale pour 3 générations donc on n’avait pas trop le choix en fait.

 

orange christmas fever 1 orange christmas fever 000

orange christmas fever 00 orange christmas fever 4

Le Trailer

Le film

 

 

 

 

Production
réalisateur We Are From L.A.
directeur de la photographie Nicolas Loir
production Iconoclast
producteur Nathalie Le Caer
Agence
agence Publicis Conseil
directeur de la création Fabrice Delacourt
directeur de la création Olivier Desmettre
copywriter Benjamin Sanial
directeur artistique Raphael Halin
assistant directeur artistique Lucie Puybonnieux
tv production Prodigious
head tv prod Pierre Marcus
tv prod Benjamin Auberdiac
Client
client Orange
Technique
directeur de production Alexia Levy
Post-production
monteur Nicolas Larrouquere
étalonneur Mathieu Caplanne
post-production Prodigious
post-producteur Franck-Hervé Marc
musique Queen - Don't Stop Me Now
production son Prodigious