Campagne Intermarché conçue par Romance

Dispositif TV, web, cinéma

Première diffusion 24 mars 2019

 

 

Pour célébrer son cinquantième anniversaire, Intermarché toujours accompagné de son agence Romance revient à l’écran avec « C’est magnifique » un nouvel opus de la saga positionnant l’enseigne de commerçants et producteurs sur le « mieux manger » réalisé par Katia Lewkowicz et produit par Grand Bazar, la nouvelle production créée par Juliette Desmarescaux et Gaetan Le Goff. Deux ans après « L’amour l’amour » qui avait surpris et séduit des millions de Français dans un format de 3 minutes par son storytelling soigné et son registre émotionnel, totalement inédits pour la grande distribution, puis la même année le conte de Noël « J’ai tant rêvé », la réalisatrice Katia Lewkowicz apporte de nouveau son talent à ce film touchant racontant le retour à la vie d’un homme après la disparition de son épouse, grâce à une recette. Alors que la vie autour de lui poursuit son cours ravivant des souvenirs qui lui font encore plus ressentir son absence, le vieil homme tombe par hasard sur le carnet de recettes de son épouse et se met en tête de reproduire ce plat dont elle seule avait le secret. Une quête du goût identique qui va le mener au supermarché du côté des produits frais et à s’ouvrir aux autres, aux commerçants, à ses amis musiciens et à sa famille jusqu’à retrouver le visage souriant de sa bien-aimée, et sourire à son tour à la vie. Déployée aussi dans un format de 3 minutes et diffusée ce dimanche soir juste avant le film sur TF1, cette histoire universelle à la palette subtile d’émotions est accompagnée par la reprise de Cole Porter « C’est Magnifique », version interprétée par Benjamin Biolay, chère à la réalisatrice, qui succède à Mouloudji « L’amour l’amour » et à Henri Salvador « J’ai tant rêvé » pour ancrer le film dans les têtes et le cœur.

Ce troisième film Intermarché pour Romance réalisé par Katia Lewkowicz aux côtés de Juliette Desmarescaux, est le premier film de Grand Bazar, que la productrice vient de créer avec Gaetan Le Goff. : « Eh oui ! c’est le premier premier film de Grand Bazar, confirme la productrice. Je ne peux que me réjouir de cette nouvelle aventure en association avec Gaëtan que je connais depuis de nombreuses années. On a de la chance, merci à Romance et à toute l’équipe qui nous ont suivis et nous ont fait confiance.

Le plus important, c’est la confiance qui s’installe et au fur et à mesure fait progresser tout le monde. La confiance entre une agence, une prod, un réalisateur et évidemment un client. Sur le premier film « l’amour l’amour », la confiance de l’agence existait déjà par rapport à Katia essentiellement sur la direction d’acteurs, pour raconter des histoires, le goût, la justesse mais il fallait aller au-delà… ajouter des couches, de la texture, de la direction artistique, du souffle. 

Alexandre Hervé montrait des références de films de Dougal Wilson par exemple. Ça n’avait rien à voir avec ce que faisait Katia ! … Dougal, c’est un réalisateur génial avec lequel j’avais eu déjà eu la chance de travailler. Il tenait un grand cahier par film, avec des dessins, des références, des annotations, du texte et des dessins encore. Il ne s’arrêtait jamais. À la fin du film le cahier était rempli. 

Puis avec  Katia, on s’est pris au jeu, on réfléchissait à tous ces détails qui amènent des « couches » supplémentaires dans l’émotion, pour toucher l’inconscient et amener une texture qui donne de la profondeur à l’histoire. Dans « c’est magnifique », cela fourmille de tous ces détails : les oiseaux qui étaient gris au début et qui deviennent des Inséparables colorés, les fleurs séchées et qui deviennent fraiches, les couleurs et le rouge surtout, les petites maquettes de bateau dans la maison, il y en a plein… tout cela crée une texture qui raconte la vie.

Le script

Le défi sur ce film, c’était que l’histoire ne tombe pas dans le pathos, que cela ne soit pas triste. En prépa, au tournage, au montage on se le redisait. Être avec cet homme âgé, mais qu’il soit vivant, et qu’il ressente le manque dans des moments heureux. Chaque chef de poste le savait et travaillait dans le même sens sous notre impulsion. Le script, aussi, Katia l’a retourné dans tous les sens avec le même souci. Toujours avec l’agence. 

Ce que confirme Alexandre Hervé : « C’est un défi de pouvoir renouveler l’émotion à chaque film, c’est le résultat de 6 mois de travail et de dizaine de scripts abandonnés avant de faire le pari que c’est bien cette histoire qu’il faut raconter. »

Une équipe fidèle de pro

Sur ce troisième film Intermarché, on a bien évidemment collaboré à nouveau avec Clement Price-Thomas, production designer américain génial (un artiste !) que nous connaissions depuis longtemps avec Gaetan Le Goff, et qui arrive à traduire les intentions de Katia à tous les niveaux tant artistiques que narratifs. Qui a ramené aussi sa patte. Même souci du détail pour le stylisme avec la géniale Sonia Philouze et avec laquelle nous travaillons depuis des années. Un travail fou le stylisme sur ce film. Jusqu’à la fabrication des petites tenues marin des enfants dans le cortège du mariage. Pour la deuxième fois nous avons travaillé avec Laurent Tangy, à la lumière. Nommé aux Césars pour le Grand Bain en 2019, il a fait un superbe travail sur ce film aussi, tant à la lumière qu’au cadre.

Le casting et le montage

Et puis le casting… très difficile de trouver ce monsieur ! A la dernière minute, nous avons lancé un casting à Londres, on avait quelques comédiens français super bons mais il manquait cette petite touche plus universelle, plus cinématographique aussi, et le coup de cœur surtout. Et puis on a étendu le cast à Londres. Et puis on a eu un coup de cœur pour Alan.

Et enfin le montage… 10 jours de dentelle avec le génial Thierry Hoss. Même chose, cela fait des années qu’il monte les films de Katia. Ils se comprennent. Il a cette force : son dérushage est très juste. Et le reste c’est du travail acharné. Ils deviennent fous au montage tous les deux. C’est marrant. Mais pas toujours. »

Ça fait dix ans que la productrice travaille avec Katia Lewkowicz (depuis sa première pub SFR) qui a signé deux longs métrages pendant ce temps, dans un échange constant et constructif : « Elle m’apprend, je lui apprends, on s’apprend. Je suis une éponge et comme j’ai eu la chance de bosser avec des réalisateurs au talent fou, alors j’essaie de transmettre au mieux. Et là avec Katia, on n’a pas fini de grandir ensemble. » Une promesse qui fait sens pour l’avenir de Grand Bazar.

 


Katia Lewkowicz  sur le tournage

Production
réalisateur Katia Lewkowicz
directeur de la photographie Laurent Tangy
production Grand Bazar
producteur Juliette Desmarescaux
Agence
agence Romance
directeur de la création Alexandre Hervé
directeur artistique Julien Rezette
tv prod Emilie Talpaert
post-production agence Valérie Raguenel
Client
client Intermarché
Technique
directeur de production Hugo Merival
coordination de production film Léa Villain-Barachet
casting Aurélie Avram
styliste Sonia Philouze
chef décorateur Clément Price-Thomas
Post-production
monteur Thierry Hoss
étalonneur Jacky Lefresne
post-production Mikros MPC Advertising
directeur de post-production Stéphanie Mollet
supervision musicale Jérôme Alquier
musique Cole Porter - C'est Magnifique par Benjamin Biolay
production son The