banque_populaire_bac_1.jpg

Première diffusion 23 juin 2014

 

Campagne Banque Populaire conçue par Buzzman

Dispositif web, affichage, activation social média

 

À la période du bac, les banques séduisent les bacheliers avec des offres et primes de bienvenue à la clé pour les meilleurs d’entre eux. La Banque Populaire marque sa différence en s’adressant aux futurs bacheliers, ceux qui sont en difficulté, en rattrapage et doivent plancher encore.

En partenariat avec Acadomia, les lycéens, quelle que soit leur banque, peuvent s’inscrire gratuitement sur nelacherien.com, une plateforme proposant un programme de soutien personnalisé pour chaque candidat.

 

Pour démontrer avec efficacité ce que ressentent les candidats en situation d’échec avant de rebondir et réussir, les deux spots réalisés par Julien Rocher mettent en scène 2 jeunes sportifs en action, dans l’un une gymnaste et dans l’autre un boxeur. Les deux films détaillent au cordeau la gestuelle des sportifs apportant une intensité dramatique, émotionnelle et esthétique.

 

Julien Rocher revient sur ce projet au concept original mêlant comédie et action sportive, tourné à Sofia avec une F55 Sony :

" Le casting demandait beaucoup de compétences dans une seule personne. Il a fallu caster la gymnaste dans une vraie équipe de gymnastes, tout en recherchant les qualités de la comédie. En revanche beaucoup de comédiens pratiquent la boxe, ce fut donc plus facile pour le film "Boxe".

La difficulté était liée à l’effort physique à fournir avec les contraintes de la mise en scène qui demande de répéter plusieurs fois la même prise.

Arnaud Mugen s’en souvient bien d’ailleurs, il a reçu plusieurs coups portés malgré les précautions. Il fallait tout de même pour l’image que les impacts se fassent et il a été très vaillant sur ce tournage. Cela participe vraiment au réalisme du combat. Dans ce même esprit de réalisme, j’ai choisi de faire tous les effets au tournage, le coup de poing ralenti alors que le boxeur parle normalement est tourné en une seule prise avec un petit "trucage maison" simple. Celui de la gymnaste qui parle la tête à l’envers également. Jusqu’aux gouttes de sueur. Je ne voulais pas faire intervenir d’effets numériques pour ces séquences pour privilégier le "naturalisme" et le plaisir de la mise en scène en temps réel.

C’est ce que je recherche dans tous mes films, réaliser les effets de manière organique, comme dans la séquence du slalom de mon film Driver pour Ubisoft. J’utilise le numérique en dernier lieu lorsque je n’ai pas le choix. J’aime que l’on soit surpris visuellement et qu’on se demande comment cela a-t-il été possible ? Comme un chef cuisinier qui cherche les meilleures associations afin de créer quelque chose d’unique.

Quant à la lumière qui tient une place importante pour magnifier les scènes, la collaboration avec Kaname a été vraiment fluide. Nous nous sommes tout de suite compris sur l’ambiance lumineuse que je voulais donner. Il a su traduire avec sa sensibilité, l’univers que je voulais mettre en place." 

 

 

 

 

 

 

Le tournage à Sofia

 

 

 

 

 

Julien Rocher avec Kaname Onoyama

 

 

 

 

 

Julien Rocher et Claude Fayolle

Production
réalisateur Julien Rocher
directeur de la photographie Kaname Onoyama
production Wanda Paris
producteur Claude Fayolle
Agence
agence Buzzman
directeur de création Georges Mohammed-Cherif
copywriter Jeremy Raimboux
directeur artistique Clément Sechet
tv prod Aurelia Blatry
Client
client Banque Populaire
Technique
directeur de production Aurélien Drosne
storyboarder Névil
Post-production
monteur Marc Gurung